L'amour inconditionnel

Pour vous, qu'est-ce que l'amour inconditionnel ?
Quels sont les mots, les phrases qui vous viennent à cette évocation ?

Peut- être un partage d'affection sans condition, en toutes circonstances, dans la générosité pure ?

Ne rien attendre en retour, aimer et donner sans rien recevoir, aimé sans être forcément aimé en retour ce qui peut éventuellement devenir une source de grande souffrance, du sacrifice.

Permettre à l'autre d'être entièrement lui-même.

Ne s'accrocher à rien, ne pas poser de restrictions.

L'énergie divine ?

Un amour véritable, vrai, infini, dans l'accueil, l'abandon, l'ouverture à l'autre, en lâchant ses peurs, en osant plonger, qui génère de l'espoir sinon ce n'est pas de l'amour, ce peut être un régime de bénéfices mutuels ou de l'ego.

Se mettre en sécurité dans l'insécurité de la relation.


"Si vous aimez quelqu'un pour plus d'une raison, c'est que vous ne l'aimez pas vraiment."


"Quoi que tu fasses, je t'aime, mon amour pour toi ne dépend pas de ce que tu fais, de ce que tu dis, de ce qu'il se passe."

Il est donc sans attente de réciprocité, sans exigence.

C'est lorsque tu es incapable de définir pourquoi tu aimes une personne que tu es face au véritable amour.

"C'est le désir d'être aimé qui fait les grands tourments. une âme pure et dévouée ne demande rien, rien que d'aimer."


L'amour d'une mère semble être la grande symbolique de l'amour inconditionnel

par son élan, ce qui s'en rapprocherait le plus mais il peut exister également dans le couple, vis à vis des autres, vis à vis de soi même.

Ne serait-ce pas aussi envoyer de l'amour même à des personnes que nous n'aimons pas ?

avec la croyance sous-jacente de la loi de l'attraction donc que ça va permettre à ces personnes de dégager du positif, que ça va leur permettre d'aimer elles-mêmes.


Lise Bourbeau nous rappelle : "N'oubliez pas que les méchants sont des souffrants."

De même qu'un enfant en colère est un enfant en souffrance.

En être conscient peut nous aider dans la relation.


Est-ce que l'amour d'un chien pour son maître ou sa maîtresse ne pourrait pas en être également l'image ?

Traverser main dans la main nos différences, voir les opportunités de grandir.

Accepter l'autre tel qu'il est avec spontanéité, bienveillance, en étant aligné, un ressenti pour de vrai sans décalage.

Etre soi, ne pas s'oublier, rester soi donc dans le couple deux entités et la relation au milieu.

Etre en relation avec l'autre en ayant la liberté d'être soi.


Cet amour peut paraître inaccessible, une quête, une recherche d'idéal.

Améliorer la qualité de votre amour en enlevant la convoitise qui semble malsaine, sans scrupule, le désir auto-centré, la possessivité, la violence.

La notion d'appartenance, d'être considéré comme un objet peut être insupportable : "mon mari"," ma femme"...


L'amour c'est offrir quelque chose à l'âme et au coeur de l'autre, un élan, une vie, une inspiration afin que cet être là s'épanouisse et avance dans la lumière et dans la joie.

Equilibre avec le respect de soi ?

Mon amour pour toi ne dépendra pas de ce que tu fais.

Pour ressentir l'amour inconditionnel envers une autre personne, il faut qu'on soit d'abord capable d'altruisme et d'abnégation.

Avoir pris suffisamment de hauteur pour comprendre que chaque être fait partie du même voyage.


L'amour inconditionnel ne serait-ce pas observer l'autre sous tous ses aspects avec un grand discernement, voir sa douleur sans la juger, compassion,, empathie et s'aimer soi m'aime.
Vous ne pouvez pas donner ce que vous vous refusez à vous même.

Etre le plus profond, une manière d'être.

Parfois aimer inconditionnellement signifie ne jamais revoir cette personne. Donner la liberté à quelqu'un d'exister et d'être heureux même si cela doit être sans nous, de lui laisser poursuivre son propre chemin en lui lâchant la main.

Décision qui demande du temps et du courage.


Souvent l'amour est le reflet de la passion de l'affection, de la co-dépendance, d'un besoin égocentrique, qu'une personne ressent pour une autre.


Le vrai amour est rare et unique, quand nous sommes vus, acceptés, aimés tels que nous sommes et cet amour est libérateur.

Il permet de communiquer sur n'importe quel sujet, d'ouvrir son coeur.


Si nous sommes capables de nous aimer inconditionnellement, nous sommes susceptibles d'aimer les autres de la même manière.

Aimer quelqu'un sans que cela soit bénéfique pour soi est une la base d'une relation pure et saine.


Pour que l'amour inconditionnel subsiste, il semble qu'il faille donc un respect mutuel.

Ce peut être l'aspiration et le choix du couple divin, éveillé, éclairé.


Si votre partenaire adopte une attitude du genre "Elle ou il m'aime, elle ou il va donc supporter tout ce que je fais", vote couple ne résistera pas.


Quelles sont donc les limites ?

Est-ce que j'accepte de porter l'autre, de lui donner la tétée, que mon énergie soit pompée par l'autre, de ne pas être nourrie dans la relation, dans notre échange ?

Est-ce que j'accepte d'être là même si l'autre est malade ? Jusqu'où ?

Est-ce du sacrifice ou de l'amour inconditionnel ?


Suis-je dans ma structure de sauveur, dans le triangle de Karpman (sauveur-victime-bourreau) donc dans ma part d'ombre, en dehors de la roue du consentement ?

Est-ce qu'on peut tout vivre ?


Parfois le réflexe de survie est de quitter l'autre, sinon il y a risque de se détruire, de se détester soi-même.

Ce peut être une forme de respect de soi-même, d'être fidèle à soi-même par opposition à une forme de résignation.


L'amour conditionnel par opposition est la résultante de l'égo, restrictif, limité

donné si la personne a reçu quelque chose du type :

"Je t'aimerai seulement si...", "Sois sage et je t'aimerai.", "Range ta chambre sinon je ne t'aime pas" pour les enfants


Environnement d'égoïsme et d'égocentrisme.

Parfois en lien avec des peurs : peur d'être abandonné(e), d'être rejeté(e), trahi(e)...


Du coup l'autre peut ne plus oser être soi, ne plus oser parler...

L'autre dans ce cas là est là pour combler mes blessures (relations névrotiques) et je suis en position d'attente et d'exigences vis à vis de lui. (carences affectives / dépendance affective)

Je le vois à ce moment là avec mes filtres, avec ma vision qui est erronée.


L'amour inconditionnel peut-il se vivre dans les relations avec les amis, les collègues, la famille ?

Parfois un ou une amie peut nous sauver la peau ?

Nos amis peuvent devenir notre famille de coeur, aussi proche voire plus que notre famille.

La vraie amitié semble être d'une puissance absolue, capable de supporter les hauts et les bas.


Mais parfois la question se pose :

Est-ce qu'on peut tout confier dans une relation amicale ?

L'autre peut se sentir agressé par la lourdeur de nos confidences.

Est-ce possible d'accompagner quelqu'un qui est vraiment mal, trop atteint, qui a de l'agressivité ?

Est-ce possible de continuer à l'aimer ?

Car pour aider l'autre, il faut être bien à l'intérieur de soi. Et parfois ce n'est pas le cas.

Nous atteignons nos limites qu'il est important de connaître, il paraît essentiel d'en avoir conscience pour se mettre en sécurité et aider ou pas l'autre en fonction.

Il peut y avoir à ce moment là une résonnance émotionnelle.


Là il est peut être souhaitable de faire appel à un professionnel plutôt qu'à un ou une amie pour être écouté(e), accompagné(e)...


S'entourer de personnes généreuses, positives, oser demander, s'autoriser à faire autrement, ouvrir sa croyance verrouillante que ce que nous avons parfois connu dans la famille où malgré les liens du sang, c'était difficile, il n'y avait pas d'amour ou il était conditionnel, peut nous aider à vivre cet amour inconditionnel.


Nous pouvons observé quelquefois dans les relations, les personnes sont dans des jeux de rôles, elles portent des masques, calent leur implication dans la relation en fonction de leur hiérarchie de valeurs, de leur classification, des cases vis à vis du degré de relation : famille, amis, collègues...


Elles ne sont donc pas tout à fait elles-mêmes dans la relation, elles ne se montrent pas telles qu'elles sont.


Dans certains métiers, les collègues peuvent être considérés comme une grande famille.


Pistes pour aimer inconditionnellement :

Communication sur les besoins, avec "je" et non pas qui "tu" qui tues.

Ne pas prendre tout à coeur.

Laisser glisser certaines choses.

Prendre les décisions ensemble.

Partage du pouvoir.

Respecter le choix de l'autre.

Se poser la question : Est-ce que j'agis de façon désintéressée avec cette personne ?

De manière sincère, vraie ?

Apprendre à pardonner


Dire nos besoins c'est essentiel pour notre santé physique, mentale, psychologique, pour notre bien-être spirituel.


Amour ne se trouve pas seulement à l'extérieur mais au plus profond de nous.

Sinon c'est terne, triste, on commence à disparaître, désespoir, relations avec de mauvaises personnes, sacrifice.


Etre aimant, généreux, donner de l'affection, du respect et l'autre va vouloir rendre la pareille.

L'amour ne peut pas être absolument tout le temps dans notre coeur mais notre choix reste inchangé.

On peut continuer d'aimer l'autre et en plus décider de donner de l'amour, quelque soit notre état émotionnel.


Il semblerait qu'il faille un niveau de conscience, de connaissance de soi, de contrôle de soi, de ses émotions, une base spirituelle pour atteindre cet amour inconditionnel ou s'en rapprocher.

Pour aller vers l'amour inconditionnel, il y a besoin de travailler sur soi avec sincérité.


Piliers de l'amour inconditionnel :

Engagement : limites, étapes

Cadre défini de ce qui est non négociable, contrat.

Ce peut être dans le couple vivre ensemble, se marier, avoir une enfant, créer un businesse ensemble, gérer la maladie de l'autre...


Il faut se choisir tous les jours quand c'est facile et quand c'est difficile.

"Pour le meilleur et pour le pire", formule consacrée du mariage.


Y a -t-il une incompatibilité entre amour inconditionnel et fidélité ?


La confiance :

C'est de la profondeur.

Avoir confiance ou décider de regagner la confiance de l'autre est une décision.

10 vues0 commentaire

Posts récents