Conditionnements

- Qu'est-ce que c'est pour vous ? Comment les définiriez-vous ?

- Les conditionnements ne feraient-ils pas référence à l'acquis par opposition à l'inné ? Aux apprentissages ?

A l'acquis démontré par Pavlov c'est à dire à un comportement, une action, une réaction déclenchés par un stimuli, toujours le même, répété régulièrement.


Pour l'économie, la production c'est la mise en boîte, en carton comme ce qui se pratique à l'usine. Nous pouvons nous sentir conditionnés comme des choses, mis dans des cases (identifications), dans un cadre précis...


Les conditionnements seraient donc tout ce qui a une influence sur nous-même, sur notre façon d'être, de penser, de voir le monde, tout ce qui a un impact plus ou moins fort sur la construction de notre "soi".

Nous sommes conditionnés parce que notre survie au départ, nos besoins primaires (manger, dormir) dépend de nos parents. Notre nourriture affective aussi.


Un processus inconscient s'installe pour que nous soyons "conformes" à l'attente de nos parents.

Nous croyons inconsciemment que si nous sommes et si nous faisons ce que nos parents veulent que nous soyons et que nous fassions, alors ils nous donneront l'amour dont nous avons besoin pour survivre.

Nous continuons le processus pour avoir des amis, pour faire partie d'une communauté (sportive, artistique, religieuse...), pour que les gens nous acceptent et nous aiment.

C'est une croyance limitante puisque l'amour est inconditionnel.


L'enfant qui naît est en effet une page blanche, il copie les parents qui lui apprennent tout puisqu'il ne sait encore rien. Le mimétisme est une des clefs de l'apprentissage, regarder et le faire à son tour. On s'applique à faire comme papa et maman.

On croit que tout cela va nous aider à être nous-même alors que ça nous conditionne à être "la personne que les autres veulent que l'on soit".



Où se jouent les conditionnements ?

- Dans les communautés sportives, religieuses, dans la société, le pays, les mentalités, les moeurs, les traditions...


Quelles sont les racines de ces conditionnements ?

- La Loyauté Familiale Invisible issue des temps préhistoriques où le clan, la tribu, le système primaient au détriment de l'individu (loyauté à avoir, enfouie : ex "C'est normal !" sinon jugé fou, peur de mourir si nous sortons du clan familial) d'où les bénéfices systémiques qui en découlent.

- La culture judéo-chrétienne, les religions

- La société morale

- Le patriarcat

- Les lois

- La culture

- L'éducation familiale, le transgénérationnel (ex : lignées d'agriculteurs, de médecins, d'avocats...)

- Les relations amicales...

- Le milieu professionnel

- Le féminisme

- Les syndicats

- La politique

- Le milieu médical (Ordre des médecins créé sous le régime de Vichy, industrie pharmaceutique, médecins conditionnés par leurs études)

- L'école qui avec ses programmes différents (histoire, philosophie, éducation civique) suivant les époques formatent les enfants, les jeunes (ex : l'Histoire n'est pas expliquée de la même façon suivant les époques. Qui dit que c'est la "vraie" histoire ? )

...


Les conditionnements ne seraient-ils pas l'opposé de la conscience ?

"Il faut suivre parce que ça doit être comme ça, c'est comme ça !" => Mais qui a dit ça ?


Ces conditionnements engendrent des croyances limitantes voire verrouillantes.


Il questionne la notion de vérité :

- Par rapport à qui ? A quoi ?

Il suffit de regarder les autres cultures, les autres rites, les autres religions, les autres us...


Les conditionnements peuvent paraître contraires à la liberté.

Ex : conditionnement aux gestes barrières, à porter le masque, à la vaccination, au confinement donc à l'isolement, aux radars...

Ils peuvent utiliser par exemple la manipulation par la peur qui va venir toucher nos blessures, ce qui est encore actif en nous.


Nous vivons bien sûr en société mais la question qui se pose est :

- Jusqu'où accepter ça ?

C'est un processus que l'être humain accepte parce qu'il est déjà conditionné.


Quelles solutions pour être conscient des conditionnements ?

- Revenir à l'intérieur de nous

- Prendre du recul, de la distance, de la hauteur

- Observer tel un ermite ou un aigle

- Avoir un esprit critique

- Voir au-delà

- Etre conscient que la masse n'a pas forcément raison au regard de l'Histoire, de l'Histoire des sciences, la minorité pouvant être constituée de visionnaires, de personnes qui font avancer les choses mais qui dénigrés, jugés, pris pour des fous... (Peut-être un lien avec le conflit du mouton de Gérard Athias ?)

- Se poser des questions telles que : est-ce que ce conditionnement est juste pour moi, sert à ce que je prenne ma place, me permet d'être aligné(e) ou pas ?


Nous pouvons parfois développer des pathologies, des maladies, "mal a dit", qui vont nous confirmer que nous ne sommes pas à notre place, que nous sommes en distorsion par rapport à notre être profond, que nous avons peut-être été conditionné(e) par la société ou notre famille qui nous ont transmis des croyances limitantes comme par exemple "Il faut travailler dur, se marier, avoir des enfants, rester engagés pour la vie..." ou de façon transgénérationnelle, transmise dans la mémoire cellulaire par les ancêtres, les lignées, l'arbre généalogique comme par exemple le syndrome du gisant (article dans le blog), la peur de la mort car les ancêtres ont vécu la guerre.


Il est important de se donner le droit de vivre pour soi, sur son chemin de vie, parfois très différent des conditionnements.

La question des conditionnements est aussi philosophique dans le sens où par exemple : - Est-ce que l'Etat peut m'imposer une loi par rapport à ma santé, à mon corps ? Est-ce liberticide ou pas ? Les pass sanitaire et vaccinal correspondent-ils à une surveillance, une infantilisation ?


Comment conditionner un être humain ? Quelles sont les techniques utilisées

Par renforcement ou punition :

- Renforcement positif : récompense, reconnaissance

- Renforcement négatif : suppression d'une corvée

- Punition positive : ajout d'une corvée, amende

- Punition négative : privation de dessert, retrait de permis


Les conditionnements sont le résultat de connexions neurologiques mises en place au niveau du cerveau. C'est un processus inconscient, dont il est difficile de prendre conscience et surtout qu'il est compliqué de changer.

Il est souhaitable quand nous voulons faire cette démarche de réfléchir à ce qu'on estime bénéfique et non bénéfique dans l'éducation que nous avons reçue pour faire le tri.


Se libérer des conditionnements permet de devenir soi-même.

Pourquoi est-ce difficile de se détacher de ces conditionnements ?

- On n'oublie pas du jour au lendemain ce qui nous a été inculqué, répété, ce qu'on entend depuis des années.

La croyance limitante est toujours là jusqu'à ce que nous prenions conscience que l'amour de nos parents est inconditionnel que l'amour et qu'ils nous aimeront quoiqu'il arrive.


Mais ça ne veut pas dire qu'ils ne réagiront pas par rapport à nos choix, par rapport à leurs peurs, leur histoire, leur carte du monde.

Ils peuvent prendre ça comme une remise en cause de l'éducation qu'ils nous ont transmise et se demander : "Qu'ai-je raté... ?"

Les parents doivent faire attention à ne pas étouffer leur enfant et l'empêcher de s'épanouir.

Voir ses parents en désaccord peut faire mal.


Comment faire pour se libérer de son enfance ?

- la prise de conscience : que je ne suis pas vraiment moi-même, s'apercevoir de ses conditionnements, que nous percevons le monde en fonction de notre carte du monde, de nos repères, de nos filtres, de nos expériences, des leçons de vie... pour être la personne que les autres veulent que je sois voire l'arbre généalogique (le syndrome du gisant, à quel % je vis ?)

- Revenir en référence interne par opposition à la référence externe en lien avec les conditionnements

- Oser : extérioriser, parler, écrire, mettre des actes pour soi en place, également envers la vie, sortir de la zone de confort...

- Le déconditionnement est le résultat du passage dans la vie d'adulte indépendant et responsable de lui-même

- S'assumer petit à petit face à ses parents, oser parler de ses choix, dire non, s'affirmer

- Se détacher suite observations des symptômes, des événements de la vie

- Persévérer, se conditionner à se déconditionner par exemple par la parole, les mots que nous employons "Nous sommes en guerre", "Emmerder..." "C'est une tuerie" "Mort de rire", reprendre notre pouvoir personnel en choisissant nos mots car ça peut devenir culturel, générationnel, permettre à de nouvelles connexions neurologiques de se créer avec le temps de l'inconscient (minimum 3 semaines) .

- Trouver un équilibre entre les apprentissages et le déconditionnement, faire ses choix (un non choix est un choix), utiliser sa liberté


Ex : Certaines personnes actuellement souhaitent sortir des conditionnements de la société pour vivre plus en conscience : jardin partagé, éco-mieux, école à la maison, compost...

Ils ont leurs propres initiatives dans ces démarches.



3 vues0 commentaire