Du mal à prendre ma place !

Quels sont les mots qui vous viennent en entendant cette phrase ?
Vous sentez-vous concerné(e) ?
Si oui, depuis quand ? Dans quel contexte ? De quelle façon ?
Qu'est ce que ça veut dire pour vous de ne pas arriver à prendre sa place dans la famille ?
Qu'est-ce qui est touché ?

La place dans la fratrie, la place en tant qu'homme ou en tant que femme, en tant que garçon ou fille, la place au sein de la société, au sein de la famille...


Peut-être est-ce que la place signifie pour vous la valeur et peut-être plus précisément la valeur sociale ?

Ou avoir une identité ?

Ou avoir un territoire amical, professionnel... ?

Ou avoir confiance en soi, confiance dans son être pour se sentir légitime, à la hauteur ?

Ou sentir un bien-être, ne pas avoir peur d'être qui on est ?

Ou avoir eu toujours l'impression de ne pas être au bon endroit, d'être en trop, d'être celui ou celle qui dérange ?

Ou sentir la blessure d'abandon dans le sens de ne pas avoir eu sa place, de s'être senti(e) seul(e), isolé(e) ?


C'est le rôle du père de donner une place à son enfant.
En effet quand le père reconnait son enfant, il lui donne une place au sein du clan, de l'arbre généalogique et du coup une valeur, une identité grâce à son nom et la légitimité d'être.
Le père doit aussi donner à sa fille sa place de femme car il doit reconnaître le féminin de sa fille.

Si le père est écrasé par la mère, s'il n'a pas lui-même sa place il ne peut pas la donner dans la famille.


Si deux parents se sont rencontrés pour régler leurs problèmes, les enfants sont là pour réparer mais ils ne trouvent pas leur place au sein du foyer.


Si un père ne prend pas sa place, sa fille va rejouer ce processus avec les hommes de sa vie qui ne prennent pas leur place. Elle va chercher en permanence à réparer cette défaillance paternelle auprès de ses compagnons.


Quand les parents ont échoué dans leur vie, nous enfants allons prendre la place de l'un ou l'autre ou les deux mélangés dans nos vies.


L'enfant qui n'a pas eu de place peut devenir sauveur également, faire passer toujours les autres avant lui.


Quelles solutions ?
- Reconnaître la profondeur de la blessure pour pouvoir la corriger, pour pouvoir se reconstruire.
- Se retourner vers les défaillances parentales, reconnaitre notre colère vis à vis de nos parents, ne pas pardonner d'emblée, évacuer cette colère, cette tristesse pour pouvoir transcender ces blessures, revenir en référence interne et retrouver une valeur, une autonomie affective, une estime de soi et en conséquence une place.


16 vues0 commentaire